Assemblée générale du 03 /05/10 : l’Iran et la Corée du Nord au cœur de tous les débats

Publié le par délégation ONU rennes

   Ce sont uniquement les ministres des affaires étrangères de chaque Etat qui se sont exprimés en assemblée nationale.

 

Espagne : Pour ce pays, toute la nouvelle stratégie américaine est positive. Le ministre des affaires étrangères d’Espagne est à la présidence temporaire de l’Union Européenne, il s’est exprimé autant au nom de l’Espagne que de l’Europe. Il plaide pour un programme ambitieux de désarmement nucléaire et souhaite que le Moyen Orient devienne une zone exempte d’armes nucléaires. Il espère aussi un renforcement plus apparent de l’AIEA. Ce qui est intéressant c’est que c’est au nom de l’Europe qu’il veut s’engager pour le désarmement or, il existe bel et bien deux pays au sein de l’Europe qui n’ont pas du tout l’intention de désarmer…

Brésil : Seul pays ayant mis dès le début, l’accent sur le fait que le TNP est un traité injuste qui repose sur le privilège des uns en défaveur des autres. Il a tenu tout de même à féliciter les efforts opérés par les Etats-Unis. 

« Le monde sera plus sûr quand il aura la sensation d’être traité avec respect et justice, l’arme nucléaire renforce le sens de l’injustice, de l’insécurité et sème le trouble et la peur ».

Pays bas : «  Les Etats dotés de l’arme nucléaire sont les dirigeants de ce monde mais nous aussi, Etats non dotés de l’arme nucléaire, avons notre mot à dire. Ce matin, l’Iran a porté de forts accusations contre les Etats-Unis et Israël, et ont tenu des propos contre l’Europe qui n’ont pas eu lieu d’être, paroles  sans fondements et sans grande importance. Il est hors de question de perdre du temps avec l’Iran et il ne faut pas que cela nous retarde dans l’avancée du TNP ».

Autriche : également très critique du discours qu’a tenu l’Iran et du comportement de ce dernier. L’Autriche demande à l’Iran d’avancer vers le progrès. Il réclame également que le Moyen Orient devienne sans plus attendre, une zone exempte d’armes nucléaires. Constat de non engagement universel de l’AIEA qui ne remplit pas son rôle de transparence et en conclut qu’en  40 ans, le bilan du TNP est nul. L’Autriche espère également que les rhétoriques de la confrontation laisseront place à un discours d’avancée et d’effort.

Canada : « Le terrorisme nucléaire représente la plus grande menace pour la sécurité. La Corée du Nord a démontré qu’elle se désintéressait totalement du TNP en annonçant qu’elle s’en retirait et qu’elle voulait améliorer et renforcer le capital nucléaire ».

Australie : Inquiète quant au programme nucléaire de l’Iran et leur demande de coopérer pleinement avec l’AIEA. L’Australie demande également à la Corée du Nord de ne pas se retirer du TNP et de reprendre les négociations.

Roumanie : «  Le TNP axé sur deux aspects ; la non prolifération et l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire, est un traité vulnérable et souvent mis à l’épreuve ». Il tient à signalé que l’uranium enrichit en territoire russe a été enlevé de Roumanie.

Bulgarie : Souligne le travail excellent qui a été fait pour la préparation de cette conférence ces derniers mois. Cette dernière rappelle à la Corée du Nord que son projet de quitter le TNP sera lourd de conséquences et demande la dénucléarisation de la péninsule coréenne. L’Europe demande à l’Iran de faire des efforts. 

Indonésie : Seul pays à oser dire que « Israël doit désarmer ».

Suisse : Il a commencé à saluer le traité STRART et la conférence de Washington mais tout en déterminant ses limites : « Il faut faire disparaître la notion d’armement », les doctrines nucléaires qui  découlent des cinq principaux EDAN  révèlent du fait qu’il est toujours question de recourir aux armes ». Ils relèvent trois points majeurs : 1/ le côté inutilisable de l’arme nucléaire, 2/ le côté immoral et 3/ le côté illégal et contraire au droit international. Il faut : « dépasser le recours à l’arme nucléaire qui est toujours présenté, et pour les « 5 » c’est encore une possibilité »,  et : mettre un terme au hors la loi de l’arme nucléaire ».

Publié dans ONU Mai 2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article