le désarmement nucleaire doit une réalité plaide Ban KI-Moon

Publié le par délégation ONU rennes

NUCLÉAIRE : LE DÉSARMEMENT DOIT ÊTRE UNE RÉALITÉ, PLAIDE BAN KI-MOON
New York, May  3 2010 11:50AM
A l';occasion de l';ouverture lundi au siège de l';ONU à New York de la
Conférence d';examen du Traité sur la non-prolifération des armes
nucléaires (TNP) qui doit réunir plus de 100 pays, le Secrétaire général
de l';ONU, Ban Ki-moon a appelé les Etats parties à s';engager pleinement
sur la voie du désarmement et de la non-prolifération nucléaire.
« Les espoirs et les attentes sont grandes. La population du monde entier
nous observe », a dit M. Ban en exhortant les Etats à « construire un
monde plus sûr ».
« Le désarmement et la non-prolifération sont une de mes principales
priorités. Nous savons tous que c';est possible. Mais honnêtement, cet
ordre du jour a été abandonné depuis trop longtemps. C';est pourquoi je
sonne l';alarme de la menace des armes nucléaires », a déclaré Ban
Ki-moon. « J';ai élaboré un plan d';action concret? convaincu que notre
moment est maintenant », a-t-il ajouté.
Le Secrétaire général a salué les récentes initiatives en faveur du
désarmement et de la non--;prolifération nucléaire notamment le nouvel
accord START signé entre les Présidents Barack Obama des Etats-Unis et
Dmitri Medvedev de la Fédération de Russie qui vise à réduire les arsenaux
nucléaires des deux pays.
Ban Ki-moon a également souligné l';importance du Sommet de Washington sur
le terrorisme nucléaire qui s';est déroulé récemment et dont les
discussions se prolongeront d';ici deux ans par un autre Sommet qui se
tiendra à Séoul en Corée du Sud.
La mobilisation de la société civile pour le désarmement et la
non-prolifération se fait plus forte, estime M. Ban, qui a rappelé aux
Etats-parties que la précédente Conférence d';examen du Traité sur la
non-prolifération des armes nucléaires (TNP) qui s';est tenue il y a cinq
avait été un véritable échec.
« Cette fois, nous pouvons? et nous devons faire mieux », a plaidé M. Ban.
Le Secrétaire général a présenté les principaux axes de son plan d';action
et les engagements majeurs qu';il souhaite voir se concrétiser pendant la
Conférence.
Il a exhorté les Etats qui détiennent des armes nucléaires à réaffirmer «
l';engagement sans équivoque » d';éliminer les armes nucléaires. « Echouer
à le faire serait un retour en arrière. Il est temps de traduire ces
engagements en actes », a-t-il dit.
M. Ban a appelé les Etats qui ne sont pas parties au Traité sur la
non-prolifération des armes nucléaires (TNP) à le ratifier au plus vite.
Puis, il a souligné l';importance de renforcer le dispositif de normes
internationales afin de compléter le TNP.
La Convention sur le terrorisme nucléaire, la Conférence du désarmement et
le rôle de l';Agence internationale de l';énergie atomique
(<"http://www.iaea.org/index.html">AIEA) doivent être renforcées, a-t-il
estimé. Selon lui, « les zones exemptes d';armes nucléaires sont une
contribution significative pour le désarmement et la non-prolifération ».
Il a plaidé pour la création de telles zones dans le monde entier
notamment au Moyen-Orient.
« J';appelle l';Iran à pleinement respecter les résolutions du Conseil de
Sécurité et à pleinement coopérer avec l';AIEA », a indiqué M. Ban. « Et
j';encourage le Président d';Iran à s';engager de manière constructive.
Soyons clair : la responsabilité repose sur l';Iran de clarifier les
doutes et les inquiétudes sur ses programmes » nucléaires, a-t-il ajouté.
Le Président iranien Mahmoud Ahmadinejad devait participer à l';ouverture
de la Conférence à New York.
Enfin, le Secrétaire général a exhorté les Etats à mettre en &#156;uvre le
TNP et à créer des outils de contrôle plus fort notamment en cas de
non-respect du Traité.
« Maintenant c';est le moment de tenir l';engagement d';une des plus
grandes aspirations de l';humanité », a conclu M. Ban.
Le Secrétaire général s';est également exprimé ce weekend depuis l';Eglise
de Riverside à New York en faveur d';un monde exempt d';armes nucléaires.
Ce lieu revêt une portée historique spécifique : c';est depuis cette
église que Martin Luther King a dénoncé la guerre du Viet Nam et que
l';ancien Président sud-africain Nelson Mandela a fait une déclaration
publique juste après être sorti de prison lors de sa première visite aux
Etats-Unis.
May  3 2010 11:50AM

Publié dans ONU Mai 2010

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article